Les matières plastiques peuvent contenir des substances reconnues comme des perturbateurs endocriniens. La transmission des molécules de synthèse dans l’alimentation est favorisée par la chaleur, par les aliments gras ou acides.  C’est la raison pour laquelle la loi Egalim met fin à l’utilisation de contenants alimentaires de cuisson, de réchauffe et de service en matière plastique à partir de 2025. Sont concernés les services de restauration collective des établissements scolaires et universitaires ainsi que des établissements d’accueil des enfants de moins de six ans.
A Vienne, le plastique est utilisé dans le transport des repas pour les restaurants scolaires mais cette question se pose également pour les repas servis dans les Carrousels ou le portage à domicile pour nos seniors.

L’équipe Vienne Citoyenne souhaite devancer l’obligation contenue dans la loi et propose la fin de l’usage du plastique dans le transport des repas pour le remplacer par des contenants en inox. Cette évolution nécessite un changement des pratiques professionnelles et des matériels. Cela prendra du temps mais il n’est pas déraisonnable de l’envisager pour la rentrée scolaire 2021.

Mais nous ne nous arrêterons pas là.

Nous avons la chance à Vienne de gérer directement la restauration scolaire grâce à la cuisine centrale. Cela permet de procéder à des changements rapides et plus importants encore, à la fois pour améliorer la qualité des repas et réduire l’empreinte carbone dans leur élaboration.

Nous augmenterons la part des produits bios et locaux dans les repas. Notre territoire dispose d’une richesse unique de productions de proximité. Dans le cadre des marchés publics, nous veillerons donc à rédiger les appels d’offre de telle sorte que les producteurs locaux puissent y répondre. Avec le même objectif, et comme l’ont initié d’autres villes, nous souhaitons que la Ville gère directement des terrains maraîchers destinés exclusivement à l’approvisionnement de la cuisine centrale. Cela fonctionne dans de nombreuses villes, nous le ferons à Vienne.

Pour nous assurer que les produits acheté par la cuisine centrale répondent aux exigences de qualité de notre cahier des charges, nous n’hésiterons pas à effectuer des contrôle par des laboratoires extérieurs, notamment sur les traces éventuelles de pesticides. 

Enfin toujours dans le but de réduire l’empreinte carbone de cette activité municipale, nous continuerons à lutter contre le gaspillage alimentaire et souhaitons développer le compostage des biodéchets issus de la restauration scolaire.

Ces changements feront l’objet d’une démarche participative comme nous le ferons sur toutes nos politiques. Il impliquera notamment le conseil consultatif des parents d’élèves qui rassemblera l’ensemble des représentants des parents d’élèves au sein des conseils d’école. Ensemble, nous pourrons envisager d’autres évolutions et notamment expérimenter une fois par semaine la suppression des protéines animales au profit des céréales et légumineuses. Ce chemin est également engagé ou envisagé par de nombreuses collectivités.

Séniors, parents d’élèves et enfants seront associés à ces changements. Comme pour toutes les politiques que nous engagerons, la cantine deviendra citoyenne !